Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2013

Le député Eugène Diomi Ndongala de nouveau traqué Mardi, 01 Janvier 2013

L‘Assemblée nationale vient d’actionner la machine, empiétant ainsi son règlement intérieur, pour “régler des comptes politiques“ au porte-parole de la MPP que l’on veut livrer au PGR pour une affaire montée de toutes pièces.

Au moment où le pays est confronté à une situation de guerre d’agression qui remet en cause l’existence même de la nation congolaise et donc de l‘Etat congolais, il est politiquement inopportun que l’Assemblée nationale, organe qui représente la nation aujourd’hui en péril, focalise son attention sur des épiphénomènes au lieu de s’investir dans les voies et moyens pour bouter l’ennemi dehors “, ont déclaré les députés’ nationaux de l’opposition vendredi 28 décembre dernier, lors d’un point de presse tenu à la paroisse Fatima, dans la commune de la Gombe.

Ces derniers s’insurgent contre l’activation de la machine au niveau du bureau de la chambre basse pour obtenir la levée des immunités de l’honorable Eugène Diomi Ndongala que l’on tient à tout prix à livrer aux mains du procureur général de la République pour qu’il soit arrêté, une manière de l’anéantir politiquement. Les députés Emery Okundji, Martin Fayulu, Serge Mayamba, Albert Fabrice Puela, John Kolela, Mayo Mambeke, Toussaint Alonga, Ambatole Nyongolo et Ditu Monizi, notent qu’en cette période de guerre, il est politiquement malvenu, voire indécent, que l’Assemblée nationale se disperse dans des conjonctures somme toute « secondaires », voire « dérisoires » et insignifiantes par rapport à la responsabilité historique qui lui incombe dans la résolution du problème fondamental qui menace sa propre existence en tant qu’institution.

Convaincus que la majorité de leurs collègues députés nationaux sont parfaitement conscients de cette évidence existentielle, ils fondent l’espoir que leur auguste Assemblée qui a pris la mesure du péril en la demeure, ne se laissera pas distraire au risque d’être emportée par le vent de l’agression qui menace toutes les institutions de la République.

Ils rappellent à tous les Congolais que Joseph Kabila, dans son message à la nation devant le parlement réuni en congrès, le 15 décembre 2012 au Palais du peuple, avait dit que “ face à une situation historique qui met la nation en péril, la cohésion nationale s’impose â nous tous : acteurs politiques, société civile, forces de défense et de sécurité et toutes les forces vives de la nation ».

Ces députés trouvent donc paradoxal l’acharnement contre un de leurs, député de l’opposition, par rapport à l’appel à la cohésion nationale lancé par Joseph Kabila.
« La cohésion nationale est difficile à obtenir dans un environnement où il n’y a que des leaders politiques de l’Opposition qui font l’objet d’une chasse à l’homme, d’un acharnement judiciaire pour des règlements de compte politiques n ont-ils dit, citant nommément le cas de l’honorable Eugène Diomi Ndongala “ dont le procureur général de la République veut à tout prix obtenir la levée des immunités parlementaires afin de lui régler des comptes politiques ».

Trop c’est trop ! Ils ont promis de se battre jusqu’à la, dernière énergie pour faire échouer ce plan diabolique qui est préparé en complicité avec le bureau de l’Assemblée nationale et quelques députés du camp adverse.

Empêché de faire un aller-retour Kinshasa-Brazzaville

Au même moment que se déroulait le point de presse, l’honorable Eugène Diomi avait des courses privées qui l’avaient obligé de traverser le fleuve Congo, vers 15h00, et rentrer à Kinshasa le même jour.

Ne se reprochant de rien, il a pris la voie officielle, c’est-à-dire le Beach Ngobila, pour effectuer ce mouvement. Malheureusement, il en a été empêché par les services travaillant à cette frontière, soi- disant qu’il n’avait pas d’autorisation de sortie.

Ce député a été retenu pendant plus de quatre heures dans les bureaux de ce Beach, jusqu’à ce que, a-t-on appris, quelques hauts responsables de la police, des renseignements et autres ont débarqué sur le lieu. C’est autour de 19h00 qu’il a été relâché, dans la grande satisfaction de quelques députés de l’opposition présents, venus le soutenir dans cette dure épreuve.

08:34 Écrit par Tatu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire